Téléphone:

phone

+33 (0) 1 40 86 00 00

email:

phone

contact@pigeon-propre.fr

La battue aux pigeons de Villeréal était-elle légale ?

blog0 comments

Le mois dernier, nous évoquions la battue aux pigeons qui s’était tenue à Villeréal (Lot-et-Garonne). Cette action avait impliqué près de 80 chasseurs. Elle avait été initiée par le maire de la commune, bien soutenu dans cette démarche par des habitants décidés à lutter contre les pigeons.Un événement qui a immédiatement déclenché le dépôt de plainte d’une association de protection des oiseaux. L’affaire a également fortement déplu à Patricia Willaert, préfet de Lot-et-Garonne. Cette dernière l’a d’ailleurs fait savoir au premier édile de la commune par un communiqué datant du 11 mars.

pigeons en centre ville

Photo Morad Cherchari / ladepeche.fr

Un arrêté irrégulier et des conditions de sécurité bafouées

Patricia Willeart a d’abord souhaité souligner les manquements de cette battue aux pigeons. Elle a donc rappelé au maire que l’opération menée dans la commune « avait mis en danger la sécurité d’autrui ». Puis, la représentante de l’Etat a souligné la non-conformité de l’arrêté municipal qui avait permis cette battue. En effet, il n’a pas tenu compte des prescriptions d’un arrêté préfectoral du 29 juin 2010, relatif aux règles de sécurité publique.

Lutter contre les pigeons, est-ce légal ?

En poursuivant sur ce terrain législatif, Patricia Willeart, a aussi tenu à faire appel aux textes qui réglementent la chasse. Pour des espèces comme la palombe ou le ramier, la pratique est parfaitement légale. En revanche, pour les variétés des villes, la classification en oiseaux domestiques leur confère le statut d’espèces protégées. Or, de son côté, l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) avance que la population de pigeons ramiers dans la commune est inexistante.

Des conseils à l’attention du maire en matière de régulation

Le préfet a aussi invité le maire à prendre connaissance des alternatives possibles en matière de régulation. Patricia Willeart l’a ainsi encouragé à consulter le guide diffusé auprès des maires et mis en ligne sur le site internet de l’Etat depuis 2012. Ce dernier recense les différentes méthodes de destruction et de régulation selon les zones d’intervention (piégeage, destruction de nuit par carabine à air comprimé munie de lunette de précision et à la torche, etc) « et dont la contraception ne fait pas partie », a-t-elle précisé.

Source : ladepeche.fr

Laissez un commentaire ou écrivez nous pour toute demande de devis: